CHSCT Mairie de Toulouse « Spécial Covid-19 »

La gestion de l’épidémie Coronavirus : état d’avancement des mesures de préservation de la santé et des conditions de travail des agents sur la période de confinement.

Nous rappelons que nous rejoignons nos collègues UNSA de Toulouse Métropole qui passaient sur la séance précédant la notre. Nous demandons aussi un CHSCT et CT commun en considérant la situation actuelle que nous vivons !

Modalités pratiques de cette séance à distance :

1) Continuité d’activité sur les missions essentielles 2) Nouvelles missions réalisées ou différentes 3) Dispositifs d’accompagnement social des agents

Après la présentation détaillée du plan de continuité de l’activité (PCA) par Monsieur Chauvet sur les missions, les attitudes de travail, les moyens fournis et à mettre en place avec les besoins, les stocks réels d’EPI et une gestion cohérente de mise à disposition des collègues.

Nous avons pu détailler nos différentes interventions.

Sur le point 1, la continuité d’activité sur les missions essentielles :

Celles -ci étant déclinées en quatre axes :

  • La définition des missions dites essentielles,
  • *les moyens donnés aux agents,
  • le mode de travail et les engagements de chacun,
  • le nombre d’agents présents pour chaque mission.
Le syndicat UNSA conforte ses demandes qui ont déjà été posées par différentes interventions par téléphone et par courriers auprès de l’administration pour les services, qui sont sur le terrain ou en télétravail sur des missions essentielles ou de soutien.

Celles-ci sont dans une intervention globale, qui elle, est « essentielle » :

  • Nous avons pu, par le biais de nos interventions, trouver avec des responsables et l’administration, de nombreuses solutions (fournitures des masques, gel, gants, tenues combinaisons adaptées aux différentes missions et travaux à faire, lunettes, panneaux de plexiglas de protection, etc.), que nous souhaitons durables dans toute cette période de confinement et après !
  • La garantie du respect des règles de protections pour nos collègues (fournitures des EPI adaptés aux missions, les mesures préventives, les outils adaptés, les véritables moyens donnés aux agents, l’adaptation du mode de travail « service extérieur, contact avec le public », horaires, « fini-parti », l’entretien sanitaire des véhicules, etc.), est une priorité dans la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Sur le point 2, Nouvelles missions réalisées ou réalisées différemment :

Nous avons aussi insisté sur le protocole d’utilisation des EPI concernant l’habillage et en appuyant sur le déshabillage, sachant qu’il faut non seulement se protéger au travail mais aussi savoir enlever ces protections pour ne pas en quelques sorte se contaminer lors du retrait de celles-ci.

Il s’agira aussi d’inscrire le risque pandémique sur le dossier d’évaluation des risques professionnels (la collectivité a répondu favorablement à cette demande, ainsi que sur le protocole du port et d’enlèvement EPI, par l’intervention de Mr Lemoine).

Les problèmes de fourniture d’équipements de protection individuelle ont été un souci de début de confinement qui ont été remontés à l’UNSA par l’intermédiaire de nombreux collègues, Nous demandons de tenir ces engagements concernant la préservation de la santé et des conditions de travail des agents sur la période de confinement… !

L’administration nous a répondu tout d’abord, que les acteurs du PCA, sont tous les agents qui peuvent être appelés sur les différentes activités des directions et secteurs. Les équipements dans les secteurs dans lesquels il y a un fort contact avec la population ou sur des secteurs d’accueils, ont été fournis sur leurs réelles priorités.

La fourniture d’équipements de protections est difficile sur un marché où il faut être souvent le premier demandeur avec différents secteurs de produits différents. Pour les gants, les blouses, les sur- blouses et combinaisons jetables, il y a des difficultés à l’heure actuelle ; pour le stock de masques, notre autonomie est prévue jusqu’au 30 avril avec une commande qui va arriver vers le 20 avril ; pour le gel il y a une forte commande. Nous avons aussi la confection par nos collègues couturières du théâtre de masques tissus. Les EPI lors du dé-confinement seront aussi à réévaluer pour la suite. Pour les écoles et la gestion actuelle d’accueil, nous avons mis en place les protections d’usages et pris des dispositions de confinement avec des procédures et protocoles en accord avec l’éducation nationale dans les écoles qui accueillent les enfants de collègues hospitaliers.

Ces protocoles seront réévalués lors de la décision d’accueil de dé-confinement en prenant exemple sur l’accueil actuel.

Pour la fourniture des EPI, l’UNSA en tant que force de proposition, conseille de se rapprocher de l’usine de Labarthe sur Lèze (boyer) qui a repris son activité sur la fabrication des EPI, ce qui sera utile pour le dé-confinement.

L’UNSA tient à faire une alerte sur le dé-confinement au niveau des écoles. En effet s’il nous faudra surveiller les services en reprise éventuelle sur tous les secteurs d’activités de nos collectivités, les écoles sont un secteur où nous nous posons beaucoup de questions, avec nos collègues qui se font beaucoup de soucis. En effet, dans les maternelles où le non contact est beaucoup plus difficile à gérer (l’accueil des enfants avec les parents, la cour, les toilettes, les dortoirs, etc…), les réflexions sur ce futur accueil de l’éducation nationale ne sont pas les mêmes que celles des agents territoriaux, même en prenant pour exemple les 8 sites actuels où les capacités d’accueils sont différentes … !

De plus comment va être formatée la reprise de nos collègues qui travaillent sur les centres d’accueils ? Ils ne pourront pas être sur deux situations à la fois et auront peut-être pour certains, besoins de repos !

Alors que nous sommes encore en confinement, que nous avions acté le « fini-parti », pourquoi certains services ou secteurs les obligent à faire des missions incohérentes afin d’assurer un temps complet de travail sans respect de l’écoute de la règle de préservation de la santé de nos collègues ?

Sans aucun dialogue avec les agents et même en contradiction totale avec des discussions entamées la veille avec les partenaires sociaux que nous sommes ! Il est important pour l’UNSA que le lien ADP et interlocuteurs sécurité soit donné aux agents et partenaires sociaux.

Pour les tontes concernant la DJEV et SPORTS, tous les agents sont pourvus d’EPI. De plus, étant donné qu’ils travaillent seuls, le risque de contamination est moindre (Dixit l’administration).

Bien entendu, l’UNSA reste vigilant comme nous l’avons fait depuis le départ par le biais de nos interventions sur les services P.M, Vidéo surveillance, ASVP, etc.., dont on n’a pas pu discuter lors de cette séance de CHSCT.

Si certains de nos collègues dans les services rencontrent des problèmes, contactez nous, nous interviendrons.

Sur le point 3, Dispositif d’accompagnement social des agents :

Pour les dispositifs d’accompagnement social, la collectivité nous a informés que via intranet nous trouverons une mise en place d’une plateforme qui réunit les coordonnées des psychologues du travail, les assistantes sociales ainsi que la médecine préventive qui peut aussi être consultée si besoin. Différents dispositifs seront abordés sur une reprise en dé-confinement.

Une cellule de soutien psychologique est ouverte pour l’ensemble des agents qui peuvent directement contacter les 2 psychologues de la DGRH, Mme Catherine Brun au 05 62 27 66 90 ou par mail catherine.brun chez toulouse-metropole.fr et Mme Elisabeth Tomaz au 05 61 22 26 53 ou par mail elisabeth.tomaz chez toulouse-metropole.fr qui assurent une permanence téléphonique.

Faute d’accès à sésame et intranet, Le syndicat span style=« color : rgb(0, 158, 224) ; font-weight : bold ; »>UNSA a demandé que soient communiquées aux agents par le biais des encadrants de proximité, les coordonnées des ADP.

Nos collègues ACFI, VT&TM en tant qu’experts de la sécurité effectueront des visites sur site, pour un soutien d’accompagnement sur la mise en place des gestes barrières et informer tous nos collègues sur le protocole du port des EPI. Le Syndicat UNSA les remercie.

L’UNSA reste attentive à ces dispositifs et accompagnements. Nous avons demandé afin que les ADP de chaque direction fassent partie de cette cellule. En effet les agents faisant du télétravail peuvent retrouver en isolement professionnel et social, avoir un accident, n’ayant pas de registre de santé et de sécurité, l’ADP se ferait le relais de leurs problèmes.

Sur la réponse des collègues des écoles travaillant dans des centres d’accueil, Mme la directrice nous a répondu qu’elle doit voir avec les services concernés par cette action, pour que les agents soient libérés. L’UNSA fera les interventions nécessaires pour les collègues qui sont sur cette situation et qui voudront éventuellement se reposer.

Nous sommes aussi intervenus sur la désinfection des véhicules de service et l’utilisation de ceux-ci en conservant les distances de sécurité préconisées et le nombre d’occupants suivant le type de véhicule. Pour notre syndicat, il est aussi important par le biais du CHSCT et du CT, que le COSAT soit mis dans la boucle en tant que partenaire social, en apportant une aide pour nos collègues les plus démunis.

IMG/pdf/chsct-_ville_avril_2020_1_1_.pdf

Cliquez sur l’image pour télécharger le compte rendu CHSCT



Voir en ligne : Le compte rendu du Comité Technique Toulouse Métropole « Spécial Covid-19 »